Accueil
Qui sommes-nous ?
Nouveautés
Religion
Oralité
Cedrus Libani(revue)
Philosophie
Littérature
Histoire+politique
Yoga
Spiritualité
Contact
Conditions de vente
Plan du site
PANIER

 Philosophie

 

 

 

La mort par son nom     Le Paradoxe absolu ou l'ailleurs de Dieu            

 La Mort par son nom

 

Auteur : René GRASSET 

 Prix : 17,40 €

 

 

 

Etude philosophique sur la mort.
Enquête sur la croyance en une religion. Différence d'opinion mais pas de vie, d'un croyant et d'un athée.

 

ISBN : 2876011662

 

 

Le Paradoxe absolu ou l'ailleurs de Dieu 

Auteur : Jean-Paul RESWEBER

Prix :  19,40 €

 

 

 

L'Éthos chrétien caractérise la manière spécifique de se rapporter à l'Esprit de Dieu, à l'Esprit qui est ce sillage de cet ailleurs de Dieu, qui est Dieu.
A l'économie du désir qui définit l'éthos du sacré, à l'économie de la justice et de l'amitié qui caractérise l'éthos du religieux de la Loi, il substitue l'économie d'un contre-don qui anticipe tout don ; celui de l'Esprit de Dieu.
A l'homme de correspondre, autant que possible, à ce contre-don en «déposant», à son tour, sa vie pour ses frères.
L'éthique chrétienne découle du paradoxe radical de l'Absolu mis à mort, du Dieu crucifié, de l'Esprit abîmé dans le visage de tout homme, et pourtant, irréductible à cette mise en visibilité. Le Dieu-Esprit s'exprime dans un mouvement de transe et de kénose, surgissant hors du visage où il s'expose. L'éthique chrétienne implique un engagement limite, où la liberté s'éveille au risque de la responsabilité.
 

Jean-Paul RESWEBER est professeur à l'Université de Metz, et chargé de cours à l'Université de Strasbourg II (Philosophie, Sciences de l'éducation et Sciences religieuses), auteur de plusieurs ouvrages publiés aux PUF et aux Éditions du Cerf, et directeur de la collection «Prosôpon­» aux Éditions Cariscript.
 

ISBN 2-87601-2855

EAN 9782876012851

 

 

 

   

 

 

   

 Nikos Kazantzaki: Masque et chaos 

Auteur : JAd HATEM

 Prix : 17,40 €

 

 

 

Dans ses romans, ses poèmes et son théâtre, Kazantzaki a développé une conception de l'homme dans son rapport à la transcendance qui n'avait pas encore reçu l'attention requise. Pour la première fois, une étude en profondeur est proposée de l'oeuvre de Kazantzaki. L'auteur qui a reçu ses armes à la fois de la philosophie, de la théologie et de la littérature, analyse trois romans majeurs de Kazantzaki : Le Christ recrucifié, Alexis Zorba et Le Pauvre d'Assise, et en dégage la signification métaphysique et religieuse. Son étude apporte une contribution notable à l'intelligence du texte littéraire en tant que tel, mais propose également une méthode d'interprétation qui perçoit la réalité derrière la forme.
Le livre a été traduit en grec et publié à Athènes où il a été salué comme un événement pour avoir dégagé les études kazantzakiennes du biographisme.

Base et sommet, pour peu que les hommes remuent et divergent, rapidement s'effritent. Mais il y a la tension de la recherche, la répugnance du sablier, l'itinéraire non pareil, jusqu'à la folle faveur, une exigence de la conscience enfin à laquelle nous ne pouvons nous soustraire, avant de tomber au gouffre.
René CHAR

 

ISBN : 2-87601-0135

 

EAN 9782876010130

 

 Madame Guyon : Quiétude d’accélération

Auteurs : Bernard FORTHOMME et Jad HATEM 

  Prix : 17,40 €

 

 

Docteur de l'amour pur, Jeanne Guyon ne fut pas seulement l'initiatrice de Fénelon, mais un esprit d'une audacieuse profondeur.
Cette monographie comble une lacune. Au lieu de revenir sur les tribulations de la mystique et la querelle du quiétisme, les auteurs vont au cœur de sa pensée. S'y découvre alors une spiritualité de la vitesse comme martyre où toute fin est déjà anticipée par la vie, comme trépassement en Dieu, comme colère du jugement et de la conversion. La vitesse devient l'autre nom et l'épreuve de la jalousie divine, la marque de sa présence dans l'écriture automatique.
«Sitôt que je commençai de lire l'Écriture sainte, il me fut donné d'écrire le passage que je lisais et aussitôt tout de suite, il m'en était donné l'explication. Il m'était donné de l'expliquer, écrivant avec une vitesse inconcevable. Avais-je écrit? Je continuais toujours d'écrire et avec une vitesse inconcevable, car la main ne pouvait presque suivre l'esprit qui dictait. J'écrivis le Cantique des Cantiques en un jour et demi. La vitesse avec laquelle j'écrivis fut si grande, que le bras m'enfla et me devint tout raide» (Vie, II, 21).

 Bernard Forthomme et Jad Hatem ont également co-signé : La Charité de l'infinitésimal (1994), Affectivité et altérité selon Lévinas et Henry (1996), Hospitalité et signification : Jeanne-Antide Thouret et Edith Stein (1996), aux mêmes éditions.

ISBN 2-87601-2561

 

 

 

 

   

L’être et l’extase

sur trois poèmes

de Hokushi,

de Forthomme

et de Mambrino

AUTEUR : Jad HATEM

 Prix : 17,40 €

 

 

«S'il est un thème cher à Jad Hatem, c'est celui de la quête de l'absolu. Il en suit les cheminements chez les philosophes, il en explore les voies chez les mystiques, il en scrute les modalités chez les poètes et les romanciers.

Dans ses œuvres critiques, son écriture réussit ce paradoxe de transmettre la poésie des textes étudiés à travers l'extrême rigueur de l'analyse. C'est dire que ses ouvrages ne sont pas réservés aux philosophes. Toute personne éprise d'art ou de littérature y trouvera son compte, en découvrant avec ravissement le style éminemment personnel d'un philosophe-poète, joint à une hyper-intelligence des syntaxes symboliques».

 Sélim  Abou

 

 ISBN : 2876011093

Nombre de pages : 112

Format du livre : 14,5x21,5cm

Année de  parution : 1994
 

Préliminaires

à l’unité des esprits

 AUTEUR : Gilles CURIEN

Prix : 14,30 €

 

 

 

On sait à présent, mieux que jamais, qu'il ne suffit pas d'imposer un cessez-le-feu pour assurer la paix, ni d'administrer des tranquillisants pour apaiser les âmes. Mais a-t-on assez réfléchi aux conditions préalables à une pacification des esprits ? Voici un ouvrage qui rassemble les observations d'un homme dont ce fut un peu la profession et constamment le souci de rechercher ce que pourraient être ces nécessaires préliminaires. Il est résumé ci-après.

Sous toutes les querelles de l'histoire, qu'il s'agisse de batailles armées ou de disputes théologiques, d'affrontements économiques, de conflits idéologiques ou même de scènes de ménage, se poursuit une autre querelle, souvent cachée ou ignorée et dont on n'a jamais mesuré les conséquences ni les dégâts.

L'auteur observe en effet, dans le comportement des êtres et des peuples, deux tendances antagonistes et certainement fondamentales puisqu'elles se retrouvent partout : l'une se nourrit du partiel sans considérer les ensembles ; l'autre trans­porte vers l'infini au mépris des réalités.

La première est nommée «phagomère» (hellénisme de fantaisie adopté pour son pittoresque, de phagein, manger et de meros, la partie) ; l'autre est qualifiée de « cosmotrope » (un tropisme vers le cosmos). Elles apparaissent à doses diverses, à toutes époques, chez toutes les races, dans toutes les oeuvres, en chaque esprit, à tous les âges de la vie.

Vient ensuite l'exposé des drames provoqués par ces deux tendances. S'exercent-elles séparément, les phagomères tuent comme Caïn, les cosmotropes meurent comme Abel. S'unissent-elles maladroitement par confusion ou réduction, ce sont les malheurs d'Abélard, les strangulations du marxisme et du nazisme, les huis-clos de l'existentialisme. Qu'on veuille les chevaucher ensemble et c'est alors l'écartèlement de nos cités désarticulées par les violences et les chimères qui cherchent « sous les pavés la plage ».

Peut-on définir une méthode qui permettrait de conjuguer les deux tendances en vue de parcours plus heureux ?

Il s'agit de relativiser et par là de valoriser chacune des deux tendances par l'autre : trouver l'infini dans le détail et dans l'infini l'incarnation. C'est que l'auteur appelle, ayant encore recours au grec pour le divertissement du lecteur, « l'anacosmose par catastase », c'est-à-dire un double mouvement à entretenir sans cesse, d'élévation par approfondissement. La méthode est suggérée pour la gouverne personnelle, la politique, l'économie et même en amour et dans l'art.

 

A propos de l'auteur :

Gilles CURIEN est né le 26 février 1922 à CORNIMONT (Vosges). Ambassadeur de France, entré dans le corps diplomatique en 1946, a servi dans les ambassades de France à Rome, à Bonn et à Washington, avant d'être ambassadeur à Brazzaville, à Berne, puis représentant de la France à l'OTAN. Il a été enfin le délégué de la France dans les réunions de la CSCE à Madrid et à Vienne. Il a publié en 1962, chez Plon, « La Morale en politique ».

 

ISBN 2-87601-175-1

 

Format du livre : 16x24cm

 

 Année de parution : 1991

 

 

 

   

Le Questionnement éthique

Auteur : Jean-Paul Resweber

Prix : 14,30€

 

 

 

Plus qu'une manière d'agir, l'éthique détermine une manière de juger et d'exister, en fonction de laquelle l'expérience de la relation détient la signification première. Voilà pourquoi elle se situe en marge de la morale, du droit et la déontologie, avec lesquels on la confond trop facilement et trop souvent. C'est de ce lieu marginal et donc paradoxal, où s'exprime le désir du sujet, qu'il convient d'interroger les grandes ques­tions qui se posent à l'homme d'aujourd'hui sur les plans de la politique, de la communication, de l'arme­ment, de la sexualité, de la biogénétique et de l'édu­cation...

Jean-Paul Resweber est professeur à l'Université de Strasbourg II ( philosophie, sciences de l'éducation et sciences religieuses ), auteur de plusieurs ouvrages publiés aux P.U.F. et aux éditions du Cerf.

Il dirige aux Editions Cariscript la collection Prosôpon ainsi que la revue du même nom.


 

ISBN     2-87601-160-3 

Année de parution : 1990

 

 

L'Écharde du mal dans la chair de Dieu

Auteur : Jad Hatem

Prix : 20,40€

 

 

« Les flèches du Tout-puissant en moi sont plantées

Et mon souffle en boit le venin,

Les terreurs de Dieu sont rangées contre moi»

(Job)

 

L'homme en proie à la souffrance et au mal accuse Dieu qui affirme, par la bouche de son prophète, détenir le pouvoir des contraires, le bien et le mal.

Dieu dissimulerait-il une part obscure? La philosophie a donné à ce problème le nom de théodicée: jugement de Dieu, qui peut tourner favorablement à Sa justification.

Le titre de l'ouvrage s'accentue conformément à la théodicée : Dieu recèle à quelque degré le mal. Il se prononce aussi tout autrement: l'homme est le promoteur du mal et l'agresseur de Dieu dont il veut usurper l'être et l'avoir. Pour faire court, l'écharde du mal peut d'une part avoir été originairement en Dieu ou actualisée lors de Son auto-révélation, ou d'autre part, être plantée par l'homme. Quant à la chair, elle est à prendre à la fois comme métaphore et comme réalité. Métaphoriquement, elle désigne, selon le deuxième accent, l'affectivité, voire le pâtir divins, et selon le premier accent, le fondement ténébreux de Dieu. Prise réellement, elle désigne le Christ.

Dans sa visée, sa méthode et sa complexité, cet ouvrage s'écarte et de la théologie dogmatique et de la philosophie rationaliste. Il privilégie le roman (Huysmans, Julien Green, Graham Greene) ce relais moderne du mythe dont il subordonne la compréhension à un réseau de notions théologiques, philoso­phiques et psychologiques. En philosophie, essentiellement Platon et Schelling; en théologie, la Kabbale surtout; en psychologie, Jung. Dans l'âme est mise à jour une complexion christique positive ou négative; par elle se manifeste un Dieu qui unit les contraires sans toujours les réconcilier.

Penser le rapport du mal à Dieu, c'est passer d'une phénomé­nologie du mal à une scrutation de l'origine qui donne son relief à la responsabilité éthique et même messianique de l'homme, tout de même que, par la médiation du roman, elle réfléchit dans la nature une réalité surnaturelle.

 

Nombre de pages : 244 

Format du livre : 14,5x21,5cm

ISBN 2-87601-016-X

 Date de parution : 1987

 

 

   

Mal et transfiguration

Auteur : Jad Hatem

Prix : 17,40€

 

 Un profond désespoir qui s'exerce sur soi et peut se retourner contre autrui attend la personne qui, prenant conscience de sa déchéance, la vit comme étant irrémédiable. On ne sait plus à quelle puissance se vouer pour mettre un terme au processus de dégradation. Mais cette puissance existe, Dieu ou l'âme, qui par un sinueux parcours guérit la fracture en restaurant l'être dans son intégrité, en purifiant le lien qui arrache un couple au monde et sanctifie le mariage, en totalisant et en unissant à Dieu l'errant.

 Le mal demeure lié à la transfiguration soit que le fondement du mal lui-même se transmute et ne prospère plus ou bien que l'élévation de l'homme à l'incandescence nécessite péché et repentir. Le but suprême de l'humanité étant la transfiguration déiforme, le mal est-il nécessaire? Devient-on Béatrice et Séraphin sans jamais avoir été, ne serait-ce qu'en pensée, Myrrha et Vautrin?

A ces questions l'auteur a tenté de répondre dans le cadre de la littérature. La Divine comédie de Dante, le Portrait de Dorian Gray de Wilde, la Chute de Camus, la trilogie de Calvino Nos ancêtres, Varouna de Green, Rencontre de Nouaymé, la Princesse Opale de Dammous, les récits de Lovecraft, telles sont les œuvres qu'il cerne de son propos et à l'interprétation desquelles il mobilise philosophie, psychologie et théologie (en particulier Maître Eckhart).

 

Nombre de pages: 188

format du livre : 14,5x21,5cm

Année de parution : 1987

ISBN 2-87601-015-1

 

 

 

Réconciliation, psychologie et religion selon Karl Gustav Jung

 Auteur : Bernard Kaempf

Prix : 23,50€

 

 

A travers l'analyse de la biographie, de la correspondance et de l'œuvre de C. G. Jung, Bernard Kaempf montre qu'elles témoignent toutes les trois de multiples réconci­liations : de l'auteur avec lui-même, avec ses proches et ses amis, avec la société. Cette évolution de la vie et de la pensée de Jung culmine dans la réconciliation avec le christianisme.

La réconciliation étant un thème central de la vie et de l'œuvre de Jung ainsi que de la religion, et plus précisé­ment du christianisme, l'auteur considère qu'elle pourrait être le lieu où religion chrétienne et psychologie jungienne sont susceptibles de se conjuguer et de s'articuler.

A propos de l'auteur :

Après ses études d'allemand et de théologie à Strasbourg, Montpellier et Tübingen, Bernard Kaempf a été pasteur de paroisse pendant près de dix ans.

Son intérêt pour D.F. Schleirmarcher, Albert Schweitzer et C. G. Jung s'est concrétisé dans la publication d'une série d'articles et de traductions. Sa thèse de doctorat en théologie, préparée à Strasbourg, Zurich et Princeton, portait sur Jung et la théologie pastorale.

Il fut professeur de théologie pratique à la Faculté de Théologie Protestante de Strasbourg, où il s'est spécialisé dans les questions d'accompagnement pastoral et de cure d'âme.


Nombre de pages : 320

format du livre : 14,5x21,5cm

 Année de parution : 1991

ISBN 2-87601-169-7

 

 

 

to Top of Page

Pendant la crise le service de vente par correspondance reste OUVERT